top of page

(1997) Symptomatic improvement ofpremenstrual dysphoric disorder with sertraline treatment,

Yonkers Ann, K., Halbreich, U., W-Fremman, E.; K-Severino, S. The Journal of the American Medical Association, 278 (12), p.983-988.


Les plaintes prémenstruelles et le syndrome prémenstruel (SPM) sont fréquents dans les pratiques gynécologiques, médicales générales et psychiatriques. Bien que les symptômes physiques de douleurs mammaires et de ballonnements soient courants, les symptômes psychologiques d'humeur dépressive, d'anxiété et de sautes d'humeur font partie des plaintes les plus répandues et les plus intenses.

Ces derniers symptômes, qui font partie des critères du trouble dysphorique prémenstruel (TDPM), surviennent chez 3 à 5 % des femmes menstruées. Il est souvent négligé le fait que les symptômes prémenstruels de cette gravité ont un impact substantiel sur divers aspects de la vie d'une femme, tels que les relations interpersonnelles et le rendement au travail.


Une variété de traitements pharmacologiques, y compris les hormones, les vitamines, les diurétiques et, plus récemment, les médicaments psychotropes, ont été examiné. De récents essais contrôlés par placebo bien conçus utilisant soit de la progestérone soit des contraceptifs oraux suggèrent que ces interventions ne sont pas plus efficaces que le placebo. Les résultats des essais contrôlés par placebo utilisant des diurétiques et des vitamines sont mitigés, mais bon nombre de ces études souffrent de lacunes méthodologiques ou incluent des femmes atteintes d'une maladie bénigne. D'autre part, la plupart des essais utilisant la benzodiazapine alprazolam, mais pas tous, ont été couronnés de succès chez des populations de patients modérément symptomatiques. Malheureusement, les

préoccupations concernant le potentiel de dépendance et les effets sédatifs indésirables de l'alprazolam limitent ses applications. Comme alternative, l'attention est tournée vers l'efficacité potentielle des antidépresseurs qui bloquent la recapture de la sérotonine (ISRS).

Le chlorhydrate de sertraline est un ISRS qui, comme les autres de sa classe, est ni sédatif ni addictif. La clairance plasmatique rapide qui en résulte est avantageuse chez les femmes qui souhaitent devenir enceintes ou qui conçoivent par inadvertance. Ainsi, la présente étude a été conçue pour évaluer la sertraline comme traitement de la dysphorie prémenstruelle. Les objectifs de ce grand essai étaient (1) d'étudier l'efficacité de la sertraline pour le spectre des symptômes (humeur, symptômes comportementaux et physiques) observés dans la dysphorie prémenstruelle et (2) d'évaluer les changements dans les troubles fonctionnels associés à un traitement actif.


Patients et méthodes


Les patientes éligibles étaient âgées de 24 à 45 ans, avaient des cycles menstruels réguliers d'une durée de 24 à 36 jours et avaient des antécédents de TDPM depuis plus de 2 ans. Les personnes avec différents troubles physiques ou psychologues ont été exclus.


Résultats


Auto-évaluation des patients

Le score total et de chaque sous-groupe sur le DRSP a montré une amélioration significativement plus importante de la sertraline par rapport au groupe placebo dès le cycle I.

Au final, les scores totaux (incluant les symptômes dépressifs, symptômes physiques, irritabilité) ont diminué de 32% après le traitement par la sertraline contre 11% après l’administration du placebo.


Le sous-groupe des symptômes dépressifs s’est également amélioré de 32% après l’utilisation de la sertraline, tandis que le placebo a entrainé une amélioration de 13%.

L’amélioration des symptômes physique était de 32% et de 8% chez les femmes traitées par sertraline et par placebo, respectivement. La colère et l’irritabilité ont montré une amélioration de 31% dans les groupes traités par la sertraline et 12% par placebo.

Les éléments individuels du DRSP (Daily Record of Severity of Problems) pour lesquels les moyennes montraient une amélioration significativement plus importante du groupe sertraline à la fin de la recherche étaient les suivants : désespoir, sautes d’humeur, colère/irritabilité, conflits, humeur dépressive, anhédonie, perte de contrôle et fringales.

Les éléments suivants étaient significativement supérieurs dans le groupe sertraline mais ont perdu leur signification par rapport au placebo après plusieurs tests de comparaison : anxieux, dépassé, manque de sommeil, culpabilité, diminution de la concentration et léthargie.

Les éléments suivants n’étaient pas significatifs : douleurs articulaires et musculaires, augmentation de l’appétit, sommeil excessif, sensibilité des seins, ballonnements et mal de tête.

Les auto-évaluations globales des patients ont confirmé un plus grand bien-être post-traitement dans le groupe sertraline. En moyenne, les patients de ce groupe se sont évalués comme s’étant beaucoup améliorés contrairement au groupe placebo qui s’est légèrement amélioré.


Mesures d’observation

La HRS-D (L’échelle d’évaluation de Hamilton pour la dépression) qui évalue l’humeur

prémenstruelle représente une amélioration conséquente (44%) pour les femmes traitées par la sertraline et de 29% pour les femmes traitées par placebo.

Les éléments qui se sont le plus améliorés significativement dans le groupe sertraline sont l’humeur dépressive, la culpabilité, l’anxiété, les variations diurnes et les activités altérées.


Déficience fonctionnelle

Les évaluations quotidiennes ont montré que la productivité s’améliorait de 38% dans le groupe sertraline et de 13% dans le groupe placebo. L’interférence avec les loisirs ou les activités sociales s’est améliorée de 38% dans le groupe sertraline contre 17% dans le groupe placebo. Le plus grand changement a été trouvé pour les problèmes dans les relations, qui étaient de 42% et 15% d’amélioration dans les groupes sertraline et placebo, respectivement. Le score de changement pour les facteurs d’incapacité au travail, d’activités sociales e de loisirs, de relation conjugale, de relations familiales élargies et de participation à l’unité familiale a montré une amélioration significativement plus importante chez les patients sous sertraline par rapport à ceux sous placebo.


Tolérance

Les effets indésirables liés au traitement étaient fréquents dans les deux groupes (75% des patients traités par sertraline et 58% des patients traités par placebo), mais graves chez seulement 18% et 14% des groupes sertraline et placebo respectivement. Cela a nécessité 8% de retrait de l’étude chez le groupe sertraline et 2% dans le groupe placebo. Les effets indésirables survenus chez au moins 10% des patients comprenaient des maux de tête, des nausées, de l’insomnie, de la diarrhée, de la fatigue et une diminution de la libido. Seules les nausées, la diarrhée et la diminution de la libido étaient significativement plus importantes pour la sertraline que pour le placebo.


Discussion

Cette étude a révélé que la sertraline était significativement plus efficace que le placebo sur toutes les mesures de résultats, y compris le score total et les sous-catégories d'évaluations quotidiennes du patient (DRSP), les évaluations de l'investigateur (HRS-D et CGI), l'évaluation globale du patient et les mesures des atteintes fonctionnelles (SAS et DRSP). Un bénéfice significatif du médicament actif par rapport au placebo était apparent dès le premier cycle de traitement.

Des travaux antérieurs ont montré le bénéfice du traitement avec les ISRS pour la dysphorie prémenstruelle. Les chercheurs d'un vaste essai multicentrique sur la fluoxétine ont défini un changement cliniquement significatif dans 3 éléments : la tension, l'irritabilité et la dysphorie. En additionnant ces éléments, 52 % des femmes ont connu une amélioration au moins modérée (diminution de 50 % de la gravité des symptômes) avec 20 ou 60 mg de chlorhydrate de fluoxétine par jour, tandis que 22 % des femmes recevant le placebo ont présenté une amélioration au moins

modérée. Dans une étude sur la paroxétine ISRS, 14 (64 %) des 22 femmes assignées à la paroxétine, mais seulement 38 % de celles ayant reçu l'antidépresseur noradrénergique maprotiline se sont « énormément ou beaucoup améliorées ». Alors que notre définition de la réponse différait de celle de ces travailleuses, nous avons constaté que 62 % randomisés pour la sertraline et 34 % randomisés pour le placebo ont connu une amélioration marquée ou importante.

Le spectre de réponse dans notre étude était large en ce sens que les scores composites des symptômes dépressifs, de la colère/irritabilité et des symptômes physiques ont montré une

L'amélioration des symptômes restants était plus importante avec la sertraline mais n';a pas atteint la%). En termes d'éléments individuels, la plupart des symptômes (9 sur 15) ont montré une 'amélioration significativement plus importante avec la sertraline par rapport au placebo.

L'amélioration des symptômes restants était plus importante avec la sertraline mais n'a pas atteint la signification. Les effets du traitement sur l'énergie, l'appétit et les symptômes physiques n'ont pas été signalés dans l'étude multicentrique sur la fluoxétine, bien qu'une petite étude portant sur 17 femmes atteintes du TDPM traitées à la fluoxétine ait révélé une amélioration des ballonnements prémenstruels, des douleurs mammaires, de la fatigue et de l'insomnie. Eriksson et al ont découvert

que la paroxétine était utile pour l'appétit, les ballonnements et la sensibilité des seins, mais ces symptômes n'ont été évalués que dans un sous-groupe de femmes qui ressentent ces symptômes comme graves au départ.

La déficience fonctionnelle a été signalée comme importante au départ, les scores SAS pour les activités sociales et de loisirs, les relations conjugales, les activités parentales et les activités de la famille élargie correspondant aux scores trouvés pour le TDPM aigu avec cette échelle. Les changements dans les scores des facteurs SAS sélectionnés étaient modestes mais cohérents avec ce qui est trouvé pour le TDPM traité.

D'autre part, le DRSP a montré une amélioration de la productivité autodéclarée de 38 % dans le groupe traité par la sertraline. Néanmoins, même après le traitement du PMDD, de nombreuses femmes continuent de signaler des déficits de fonctionnement optimal selon l'une ou l'autre des échelles.

Étant donné que la sertraline est efficace dans traitement du TDM et de la dépression chronique

légère, une amélioration des symptômes de l'humeur peut avoir été anticipée. Cependant, 2 essais PMDD ont comparé l'efficacité d'un ISRS à des antidépresseurs qui n';ont pas de spécificité pour les récepteurs sérotoninergiques et tous deux ont trouvé une supériorité pour l'ISRS. Cela suggère une certaine sélectivité dans la réponse aux antidépresseurs qui ne s'applique pas aux autres troubles de l'humeur. Une telle sélectivité ajoute un poids supplémentaire à l'hypothèse selon laquelle le PMD est associé à un dérèglement de la sérotonine. Des carences en sérotonine ont été associées à la dépression, à l’autodépréciation, à l'anxiété, à l'agressivité, à un manque de concentration et à des changements d'appétit, qui ont tous été signalés chez des femmes atteintes du TDPM. La possibilité d'une hétérogénéité biologiquement déterminée est suggérée par le fait que 60 % plutôt que 100 %

ont répondu aux ISRS dans nos études et dans d'autres.

Les taux élevés d’effets indésirables signalés chez les femmes dans les deux conditions de traitement peuvent témoigner de la difficulté à faire la distinction entre les événements liés à la maladie et les symptômes du trouble. Les femmes participant à cet essai étaient plus susceptibles d'être hypervigilantes quant à leur état émotionnel et physique, car la conception de notre étude exigeait que les patientes surveillent les symptômes quotidiennement pendant plusieurs mois.

Les caractéristiques de l’étude qui nécessitaient l’observance, les évaluations quotidiennes et les visites à la clinique peuvent avoir contribué à la réponse thérapeutique, puisque la surveillance quotidienne des symptômes est palliative. Cependant la réponse dans le groupe de traitement actif était systématiquement supérieure à celle trouvée pour le placebo, suggérant un bénéfice supplémentaire du médicament.


Cette étude montre qu’un ISRS a une efficacité sur les symptômes et un bénéfice sur l’altération fonctionnelle constatée chez les femmes atteintes de TDPM. Cependant des études dans la continuité de celle-ci et de phases d’entretien bien executées sont nécessaires pour établir si ces effets thérapeutiques peuvent être maintenus. La recherche dans ces domaines facilitera en fin de compte l’élaboration des lignes directrices pour la prise en charge du TDPM.

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page