top of page

(2017) Association of Dysmenorrhea with Premenstrual Dysphoric Disorder and the management strategie

Zafar, N., Zafar, R. & Afzal, S. (2017). Association of Dysmenorrhea with Premenstrual Dysphoric Disorder and the management strategies used by medical students, Journal of Rawalpindi Medical College Students Supplement, 21, p. 11-14.


Introduction

La dysménorrhée est le nom des crampes menstruelles aiguës et intermittentes douloureuses d’origine utérine, qui sont situées dans la région sus-pubienne et peuvent irradier vers le bas du dos.

Il existe principalement deux types : dysménorrhée primaire et secondaire. La primaire survient généralement dans les 3 suivant la ménarche (période des premières menstruations) et n’est pas associée à une pathologie pelvienne contrairement à la dysménorrhée secondaire.

Les femmes atteintes de dysménorrhée ont souvent besoin d’un congé de travail et de médicaments. Ainsi, il peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie des femmes. Cependant, il existe un tabou social à ce sujet. Et malgré la souffrance de nombreuses femmes hésitent à discuter du problème ou à rechercher une consultation et un traitement approprié auprès d’un médecin.

De plus, il est généralement admis dans notre société que des facteurs tels que le bain et la consommation de malbouffe influencent les crampes menstruelles. Surtout, il y a une croyance commune, sans être étayée par aucune preuve scientifique que ce soit, que prendre des bains pendant les trois premiers jours des règles peut aggraver l’état.

Par conséquent, cette recherche a été menée dans le but de découvrir la part de vérité qui se cache derrière de telles hypothèses. La prévalence de la dysménorrhée varie selon les régions du monde, variant considérablement entre 16% et 85% et dans une étude réalisée au Pakistant en 2014, la prévalence s’est avérée être de 56,1%.

Le TDPM est caractérisé par un état dépressif, de l’irritabilité, des changements au niveau de l’appétit et du sommeil dans la semaine précédant les règles. Le TDPM peut significativement interférer avec les activités sociales et les relations.

Les objectifs de cette recherche sont de déterminer la fréquence de la dysménorrhée, de connaitre son association avec le TDPM et avec des facteurs tels que la fatigue, la consommation de malbouffe, le bain et le niveau d’activité quotidien, et de connaitre les stratégies de gestion adoptés par les étudiants en médecine de la Rawalpindi Medical University. Les résultats de cette recherche inciteront les jeunes femmes souffrantes à rechercher un traitement médical et psychologique et une consultation.

Matériels et méthodes

Une étude transversale a été menée sur 380 étudiantes de l’Université susmentionnée. Des données ont été collectées sur leur âge, leur poids, leur taille, leur année scolaire, l’âge de la ménarche, la durée des menstruations, l’âge depuis lequel la douleur a commencé, le schéma de la douleur, la sévérité de la douleur et symptômes associés de nausées, vomissements, diarrhée et maux de tête. Il était aussi demandé si la douleur interférait avec leur travail, leurs relations, les activités quotidiennes et si c’était souvent la cause d’absentéisme. Elles étaient aussi questionnées sur la fatigue pendant les menstruations, la consommation de malbouffe, le bain en particulier pendant les trois premiers jours des menstruations, le niveau d’activité quotidien et les stratégies de gestion adoptées pour gérer la douleur. La sévérité de la douleur a été estimée à l’aide de l’échelle d’évaluation de la douleur Wong baker Faces. Les critères du DSM IV pour le diagnostic du TDPM ont été utilisés.

Discussion

Les résultats de cette étude montrent que l'incidence de la dysménorrhée dans notre jeune population féminine est assez importante. Parmi notre population d'étude de 380, 214 soit 56,3% souffraient de dysménorrhée. Le pourcentage était de 16% dans une étude japonaise et de 92,5% dans une étude réalisée à Taiwan. La variation des résultats dans différents pays peut être due à la variété des définitions de la dysménorrhée, aux différentes populations étudiées et aux méthodes de collecte de données.

71% de ceux qui souffraient de dysménorrhée ont signalé un absentéisme à l'université dans cette étude. Dans une étude en Arabie Saoudite sur des adolescentes scolarisées, l'absentéisme dû à la dysménorrhée a été observé chez 59,4% des personnes. Cependant, dans une recherche menée sur des étudiants en médecine à Hong Kong, le résultat n'était que de 11 %. Au Pakistan, ce pourcentage semble assez élevé en comparaison.

44,4 % ont présenté des symptômes associés de nausées, vomissements, diarrhée et maux de tête et chez 47,14 %, l'intensité de la douleur était comprise entre 4 et 6.

Ainsi, l'étude montre qu'une majorité de jeunes filles sont touchées par la dysménorrhée ; cela influence considérablement l'assiduité, ce qui peut limiter leurs résultats scolaires. Cela souligne que la dysménorrhée ne doit pas être ignorée et que la discussion sur ce sujet ne doit pas être considérée comme un tabou social.

Dans cette étude, 42,1% ne prenaient pas de bain pendant leurs jours de menstruation. Une étude réalisée à Karachi a montré que 50% des femmes s'abstenaient de prendre un bain pendant les jours de menstruation. Cependant, notre étude montre également qu'aucune association statistiquement significative n'existe entre le bain et la dysménorrhée (P = 0,924). Un grand nombre de notre population féminine pense que l'utilisation de l'eau pour se laver pendant les menstruations peut être nocive. Cette étude nie ces affirmations et il n'y a eu aucune étude documentée antérieure pour réfuter ce mythe sur une base scientifique. Il est important d'éduquer les jeunes filles sur l'hygiène menstruelle car les pratiques non hygiéniques donnent lieu à des conditions infectieuses.

Cette étude montre également que l'association avec la consommation de malbouffe n'est pas non plus significative (P = 0,836). Une étude en Inde montre des résultats similaires (P = 0,89).

Dans cette étude, la prévalence du TDPM s’est avérée être de 27,6% alors qu’une étude sur la population générale a montré que ce pourcentage était de 2 à 5%. L’incidence plus élevée du TDPM chez les étudiantes universitaires peut indiquer la possibilité de niveaux de stress et d’anxiété plus élevées.

Il y a une forte association entre le TDPM et la dysménorrhée. Ces résultats signifient qu’un stress et une tension mentale plus importante chez les étudiantes universitaires ont un lien avec la douleur ressentie pendant les menstruations.

L’étude qui a été menée exclusivement sur des étudiants en médecine a montré que la méthode de prise en charge la plus populaire adoptée par elle était l’automédication pharmacologique (dans 59,3% des cas). Dans une autre étude auprès de femmes appartenant à un milieu non médical, l’utilisation des méthodes non pharmacologiques était plus importante. Une plus grande connaissance médicale dans une population composée d’étudiantes en médecine peut avoir influencé leurs préférences dans la stratégie de gestion.

Des directives appropriées doivent être fournies pour la prise en charge de la dysménorrhée et du TDPM.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page